J'accorde ma confiance

Chers lectrices et lecteurs du blog,

 

La confiance est essentielle pour notre vie. La confiance constitue la base de tant de choses quotidiennes. Par exemple, chaque matin, je fais confiance à mes jambes en espérant qu’elles me porteront tout au long de la journée. Il y aurait encore beaucoup de choses à énumérer qui nous semblent aller de soi. Ce n’est qu’une fois que quelque chose ne fonctionne plus que nous commençons à réfléchir.

Il y a de cela trois ans, ma maladie a changé mon attitude par rapport à ce que je considérais jusque-là comme allant de soi dans la vie. Ma maladie a exigé de moi que je lâche prise et que je fasse confiance aux forces réparatrices de mon corps, à la médecine et aux spécialistes. Mon influence sur le processus de guérison était réduite. Toutefois, j’étais la seule à pouvoir faire confiance aux facteurs énoncés ou leur retirer ma confiance.

Cette expérience me marque jusqu’à ce jour. Ma position de cadre exige justement quotidiennement de moi de faire confiance dans des situations sur lesquelles je n’ai pas prise. Faire confiance signifie réduire mon propre domaine d’influence et augmenter celui de mon interlocuteur. En faisant cela, j’accorde des compétences à mon vis-à-vis. Il peut s’agir de mes collaborateurs, de partenaires internes ou externes, parfois aussi simple-ment de la ressource « temps » et, pour moi qui suis chrétienne, aussi de ce Dieu dont parle la Bible.

 

Lorsque je réduis mon domaine d’influence, cela signifie que je dois formuler clairement mes attentes par rapport au résultat puis lâcher prise sur le processus de mise en œuvre. Si mon interlocuteur agit comme moi, cela ne sera pas si difficile. Mais qu’en est-t-il si mon interlocuteur aborde le travail de manière très différente de moi ? Comment est-ce que je parviens à faire confiance, lorsque les processus se déroulent en-dehors de mon emprise ? Est-ce que je deviens nerveuse et peu sûre de moi, mes méca-nismes de contrôle apparaissent-ils entre autres au grand jour ? Il faut prendre ce genre de réactions au sérieux, y réfléchir et les évaluer.

 

Faire confiance est une attitude qui entraîne des actions tant vers l’extérieur que vers l’intérieur. C’est une attitude qui demande du courage, pour quitter ses zones de confort et s’exposer à des risques plus ou moins grands. Lorsqu’on parvient à faire confiance, cela procure liberté et séré-nité. C’est ce que je souhaite à toutes les lectrices et tous les lecteurs.

 

Dans ce sens, je vous souhaite de vivre des expériences touchantes, à l’occasion desquelles vous ferez confiance aux autres et à vous-même.

 

Karin Wüthrich

Co-directrice travailPLUS

Kommentar schreiben

Kommentare: 1
  • #1

    Loiseau Patricia (Dienstag, 22 Mai 2018 10:45)

    Merci pour votre partage, le lâcher prise à changé ma vie mail il y a encore du travail :)
    A priori j' ai confiance, aux rencontres aux personnes et en toutes choses, le climat de méfiance généralisé par les médias m'insupporte.
    la confiance est un mot précieux en tous temps et surtout en son cœur pour qu'il soit en paix.
    A bientôt.

Unsere Adresse

Heilsarmee Hauptquartier

Abteilung Sozialwerk

Effingerstrasse 53

3008 Bern

Tel. 031 388 05 72

sozialwerk(at)heilsarmee.ch

www.heilsarmee-sozialwerk.ch

Kontakt

Aktuell

Dazugehören – die Heilsarmee fördert Inklusion und Teilhabe. 

Ergebnisse einer Studie im Auftrag der Heilsarmee zeigen: Die Betriebskultur ist entscheidend, wenn Inklusion, also Teilhabe, gelingen soll. 

Interessierte finden hier weitere

Informationen:

Summary / Zusammenfassung des Schlussberichts 

Der Lern●Punkt ist ab 01.01.2015 ein eigenständiger Bereich innerhalb des Heilsarmee Sozialwerks.

Alle nötigen Informationen zu den Kursen und Online-Anmeldeformularen finden Sie unter lernpunkt.heilsarmee.ch

Die Heilsarmee Schweiz hat eine Fachstelle für soziale Gerechtigkeit. Die Themen, mit denen sich die Fachstelle zurzeit beschäftigt, sind soziale GerechtigkeitMenschenhandel, Migration und Community.

Unsere Partner

DE | FR